Jour 247 – La princesse des rebelles

Nos réserves étant au plus bas et nous décidâmes de faire escale sur la planète la plus proche. C’est là que nous fîmes la rencontre d’une princesse guerrière du nom de Yarah. Elle se battait aux côtés de son armée de rebelles pour libérer son peuple de l’oppression d’un tyran. Ce dernier avait destitué l’ancien roi et instauré un régime de terreur grâce à son armée de clones qu’il contrôlait depuis la plus haute tour de sa forteresse noire. Lors du coup d’état, beaucoup de civils furent tués, les autres réduits en esclavage. À peine une poignée d’entre eux réussit à s’échapper. Enfant à cette époque, Yarah grandit avec la haine de son ennemi. Elle menait une guérilla incessante et au fil des années, elle avait réussi à libérer et rassembler un grand nombre de personnes.

Ils avaient installé leur quartier général dans une immense grotte située dans le plus grand désert de la planète. Tous les appareils électroniques s’affolaient dans la région en raison des interférences générées par les tempêtes de sable magnétique. Une grande sérénité y régnait. Le camp était aménagé comme un village avec ses maisons, ses échoppes ou encore son dispensaire. Le calme qui y régnait pendant la journée contrastait avec les danses nocturnes. Presque tribales, combinant musiques, chants et techniques martiales, ces danses servaient d’entrainement aux rebelles. Dès la première nuit, mon second fut entièrement envoûté par le spectacle et incapable de maîtriser ses mouvements. Ce qui le rendit inopérant le lendemain. Inquiet pour sa santé et craignant de succomber moi-même aux charmes de ces mystérieux entrainements, je décidai d’écourter notre séjour. Je pris congé de nos hôtes et leur souhaitai tout le courage possible dans leur lutte.
Nous décollâmes avant la nuit, conscients que les chants et les rythmes hypnotiques de la princesse des rebelles nous avaient marqués à jamais.

To be continued on Thursday, November 3

Pull the Trigger feat. Yarah Bravo by Xewin

This entry was posted in Journal de bord. Bookmark the permalink.

Comments are closed.