Category : Journal de bord

Jour 97 – La face cachée du Pr. Logan – partie 1

Après avoir quitté la petite colonie sans en apprendre plus, nous suivîmes un cap guidé par notre seul instinct. Soudain, un signal retentit et nous découvrîmes une planète qui, selon nos instruments, était habitée. Après un contact radio avec cette dernière, nous fûmes conviés à nous poser sur l’astroport de la capitale. Un comité d’accueil nous attendit afin de nous conduire auprès de l’ambassadeur.
Les politesses d’usages passées et après un bref compte-rendu de notre situation, nous abordâmes la question que mon second et moi tentions de résoudre depuis le début. Connaissaient-ils un moyen de retrouver le chemin qui nous ramènerait chez nous ? Malgré tout leur savoir, ils ne trouvèrent aucune réponse. Quelques murmures montèrent alors de l’assemblée. L’ambassadeur les fit taire et prit la parole. Selon ses dires, nous pourrions peut-être trouver des renseignements sur la face cachée de leur troisième lune. Celle-ci possédait une bibliothèque interdite remplie de savoirs maudits, cachés ou inconnus de tous. Malheureusement, ce lieu était également l’antre du plus grand savant fou de ce côté de la galaxie : le Pr. Logan. Exilé de son plein gré pour continuer ses dangereuses et excentriques expériences loin des regards, il avait amassé des connaissances des six coins de la galaxie.
Malgré les nombreuses mises en garde, nous décidâmes de nous y rendre afin de rencontrer ce démoniaque professeur et peut-être en apprendre davantage sur notre quête.

To be continued on Saturday, October 15

Human by Xewin

Posted in Journal de bord

Jour 78 – La colonie de l’indicible

Voilà plusieurs jours que nous avions atterris sur une planète isolée que nous pensions être celle indiquée par notre ami le garagiste. Après un rapide scan de la région, nous n’avions découvert qu’une toute petite colonie située sur la face Nord. Nous décidâmes de nous y rendre avec les modules d’exploration terrestre.

Au premier contact, les habitants nous fuirent, se cachant dans leur ferme. Puis nous avions fini par rencontrer des personnes plus abordables. Elles nous expliquèrent la raison de cette crainte, après avoir précautionneusement vérifié que nos intentions n’étaient pas hostiles. Les « Anciens », comme ils s’appelaient, nous contèrent leur histoire. La colonie n’avait pas eu de visiteurs depuis plusieurs siècles et vivait en autarcie, recluse sur elle-même. Leurs révélations nous firent prendre conscience de ce qui nous paraissait anodin à notre arrivée et qui, désormais, nous sautait aux yeux. Tout chez eux semblait figé dans le passé. Leurs croyances et leurs traditions se perpétuaient de génération en génération selon un savoir ancestrale. Leurs savoirs et leurs connaissances s’arrêtaient là où commençaient les frontières de l’espace. Ce choix était le leur et ils ne voyaient aucune raison valable d’en changer. Visiblement nous n’étions pas tombés sur les personnes que nous espérions.

Après avoir profité des maigres plaisirs qu’ils avaient à nous offrir, nous prîmes congé d’eux, leur calendrier et leur technologie d’un autre temps ne nous aidant pas beaucoup dans la recherche de notre patrie. Nous dûmes leur promettre de ne jamais révéler les coordonnées de leur planète et garder pour nous le secret de leur existence.

To be continued on Thursday, October 13

Safety feat. Fauve by Xewin

Posted in Journal de bord

Jour 53 – La créature échouée

Ce jour-là, nous pûmes observer un bien étrange phénomène par les hublots de notre vaisseau. Sur un astéroïde dont nous croisions le cap, se tenait une curieuse créature. Difficile de la décrire avec précision, mais elle était entièrement noire avec le ventre blanc et une tache de la même couleur au niveau de l’œil. Sa peau était lisse et brillante. Elle possédait une gigantesque mâchoire pourvue de dents acérées, plusieurs appendices lui sortaient le long du corps et elle devait mesurer dans les huit mètres.

Nous ne comprîmes ni le pourquoi ni le comment de cette étrangeté échouée sur ce bout de caillou perdu dans l’espace. Il y a certains mystères qui ne seront jamais révélés…

To be continued on Tuesday, October 11
Returning by Xewin

Posted in Journal de bord

Jour 40 – Les incroyables aventures d’un garagiste

Voilà trois jours que nous avions quitté notre sauveur. M. Johnson était garagiste de modules interstellaires et possédait un passe-temps pour le moins inhabituel : L’Aventure. En effet, lors du peu de temps que nous passâmes à ses côtés, il nous narra ses multiples épopées sidérales et exploits héroïques. Cet homme avait combattu des aliens anthropophages alors qu’il effectuait un dépannage pour l’un de ses meilleurs clients. Il avait également échappé de justesse à plusieurs trous noirs lors de livraisons dans des coins reculés de cette galaxie. Son histoire était ponctuée de ce qu’il appelait « les risques du métier ». Des champs de météorites en passant par des courses-poursuites endiablées, des lacs d’acide aux créatures terrifiantes cachées dans d’autres espaces, rien ne lui faisait peur ni ne l’arrêtait.

Notre rencontre ne tint qu’au simple fait qu’il venait se réapprovisionner en pièces détachées sur les robots qui nous avaient capturés. Il éclata d’un rire sonore en nous expliquant : « Ce qui est pratique c’est qu’ils ne sont jamais en rupture de stock ».
Cet homme n’avait pas froid aux yeux et inspirait le respect. Malheureusement, malgré ses nombreux voyages, il ne connaissait pas le système solaire d’où nous étions originaires. Il nous indiqua toutefois une planète d’érudits qui devaient pouvoir nous éclairer.

To be continued on Saturday, October 8

I will not be Capped Feat. Bobby Johnson by Xewin

Posted in Journal de bord

Jour 35 – L’attaque des robots tueurs – partie 2

© 2011 julien mudry

À plusieurs reprises, des cris de terreur nous parvinrent au milieu du brouhaha métallique ambiant. Ceux-ci nous confortèrent dans l’idée qu’aucun bien ne nous était réservé. Nos rations de survie touchaient à leur fin et le désespoir nous gagnait quand soudain une paroi se souleva, laissant apparaître deux robots armés de pistolet laser. Leur silhouette humanoïde nous fit signe d’avancer. Je me jetai sur l’un d’eux tel un diable sorti de sa boîte. Grâce à l’effet de surprise, je réussis à m’emparer de son arme. Le deuxième garde me visa instantanément et tira. Mais mon second le bouscula violemment au même instant, déviant le tir qui désintégra le premier robot. Je fis feu à mon tour, atteignant ma cible qui fondit littéralement sur place. Sans perdre une seconde, nous nous rendîmes en direction du vaisseau dont je percevais, avec beaucoup d’interférence, le signal.

Dans notre échappatoire, nous nous fîmes rattraper par d’autres abominations mécaniques et une course poursuite s’engagea. Des tirs de lasers s’échangèrent et, à plusieurs reprises, nous crûmes y laisser plus que des plumes. Nous arrivâmes aux abords du cratère creusé par l’usine quand nous aperçûmes un ascenseur qui nous mènerait au sommet. L’atteindre ne fut pas chose facile car le nombre de nos poursuivants ne faisait que grossir et cela malgré les pertes que nous leur faisions subir. Enfin, en vue du vaisseau, j’espérai qu’ils abandonneraient la poursuite après avoir décollé. Mais c’est à ce moment que des chasseurs apparurent, sortant droit des entrailles de la planète. Je lançai le protocole de décollage d’urgence dès qu’il ne nous resta que quelques mètres à parcourir. Nous réussîmes de justesse à nous jeter dans le sas qui se referma.

Une fois aux commandes, je poussai les turboréacteurs à leur maximum et nous fit quitter la surface. Le bouclier de protection essuya des tirs ennemis mais tint bon. Les robots n’allaient pas abandonner aussi facilement et continuèrent la chasse une fois l’espace atteint. Après de longues minutes sous le feu ennemi, j’aperçus un autre vaisseau que nous ne pûmes identifier. Nous fonçant droit dessus, il s’écarta au dernier moment et fit face à nos adversaires. Il régla leur compte à la dizaine de chasseurs avec une facilité déconcertante, ne laissant aucune chance aux toaster qui nous suivaient. À ce moment, la radio s’enclencha : « Suivez-moi, je connais un endroit sûr ».
Nous prîmes le cap indiqué, curieux et impatients de rencontrer notre sauveur.

To be continued on Thursday, October 6

Posted in Journal de bord

Jour 34 – L’attaque des robots tueurs – partie 1

Je savais que nous n’aurions jamais du faire confiance à cette planète qui cachait quelque chose d’inquiétant sous sa surface lisse. Nos instruments réagissaient mal aux abords de cette dernière et je décidai d’envoyer mon second inspecter de plus près ce phénomène. À peine une heure s’était écoulée quand son signal de détresse se déclencha. Le contact radio ne me répondit que par des grésillements inaudibles. Il ne me restait que peu d’options : je me devais d’aller secourir mon fidèle second. Vérifiant mon équipement de sauvetage, je me demandai dans quelles situations il avait pu encore se fourrer. J’activai le mode furtif de ma combinaison et partis en direction de la balise de détresse.

La surface polie brillait comme de l’acier sous le soleil et ne semblait souffrir d’aucune aspérité. Toutefois, en m’approchant du signal, je découvris un immense trou béant qui m’offrit la vision de ce qui ressemblait à une gigantesque usine à ciel ouvert. C’est à ce moment là que je sentis comme une terrible décharge électrique et perdis connaissance.

À mon réveil, je partageai une cellule ou plutôt un cube avec mon second. Celui-ci m’expliqua ce qu’il avait pu observer avant sa capture. Il s’agissait bien d’une usine, entièrement contrôlée par des robots et dont la seule production était également des êtres mécaniques. Je compris mieux l’architecture froide et carrée qui habillait ce lieu. Nous décidâmes d’attendre de savoir ce que ces créatures voulaient de nous avant d’entreprendre quoi que ce soit.

To be continued on Tuesday, October 4

Strike a Pose feat. Yarah Bravo by Xewin

Posted in Journal de bord

Jour 0 – L’éveil

J’ouvris enfin les yeux. Affalé sur le sol, je me relevai péniblement, les membres tout engourdis. J’aperçus mon second, toujours évanoui, et allai l’aider. Nous avions perdu connaissance et nos souvenirs étaient un peu flous. La dernière chose dont nous nous souvenions était la mission de reconnaissance dans la Cosmozone A1-N0 que nous avaient confié nos supérieurs. À l’approche de cette dernière, un grand fracas secoua tout le vaisseau et laissa dans nos mémoires un trou noir creusé à vif.

Après une analyse globale du système de navigation et des autres instruments de bord, nous prîmes conscience du pire des scénarios. Toutes les données s’étaient réinitialisées, ne gardant aucune trace des précieux renseignements qu’elles avaient pus contenir. Les sauvegardes avaient disparu et l’ordinateur central était vierge de toute information.

Je m’appelle Xewin. Accompagné de mon second, je suis perdu dans l’immensité intergalactique, car, désormais, je ne connais ni notre position, ni la date, et encore moins le moyen de rentrer chez nous. Voici mon histoire…

Okina-3 by Xewin

To be continued on saturday, October 1

Posted in Journal de bord

Xewin Returning : Le journal de bord

Le carnet de voyage intersidéral relatant les aventures de Xewin et de son second sera publié sur xewin.com tous les mardis, jeudis et samedis.
L’aventure débutera le jeudi 29 septembre jusqu’à la sortie de l’album le 4 novembre. Chaque article sera accompagné de visuels ou d’extraits musicaux de Returning.

Posted in Journal de bord